Informations

Quel est le nom de cette fleur?


Une fleur a poussé sur un feuille dans notre jardin. Quel est le nom de cette fleur? Donnez une description.


Il me semble qu'il s'agit d'un Cereus à floraison nocturne :

Nous en avions un dans notre serre à Botanique. Il fleurissait rarement et la floraison était fanée en milieu de matinée.

Cereus à floraison nocturne est le nom commun faisant référence à un grand nombre de cactus céroïdes en fleurs qui fleurissent la nuit. Les fleurs sont de courte durée et certaines de ces espèces, comme Selenicereus grandiflorus, ne fleurissent qu'une fois par an, pour une seule nuit. Wikipédia

Le jardin de Dave le répertorie comme "Dutchman's Pipe Cactus, Night blooming Cereus" Epiphyllum oxypetalum.


Modèle ABC du développement des fleurs | Les plantes

Dans cet article, nous discuterons du modèle ABC du développement des fleurs.

Le modèle ABC du développement des fleurs chez les angiospermes démontre la présence de trois classes de gènes qui régulent le développement des organes floraux. Les gènes sont appelés gènes de classe A, gènes de classe B et gène de classe C. Ces gènes et l'interaction entre eux induisent le développement d'organes floraux.

De nombreuses publications sur la génétique moléculaire et des sites Internet proposent des articles sur le modèle ABC. Dans l'essai suivant, le concept de base du modèle ABC sera brièvement discuté. L'analyse du modèle ABC est basée sur l'utilisation de la génétique moléculaire et formulée sur l'observation que les mutants induisent le développement de bons organes floraux dans de mauvais verticilles.

Dans la fleur des angiospermes, il y a généralement quatre verticilles concentriques d'organes, c'est-à-dire le sépale, le pétale, l'étamine et le carpelle qui sont formés respectivement dans le verticille 1, le verticille 2, le verticille 3 et le verticille 4, le verticille 1 étant sur le côté périphérique.

Dans le verticille 1, les gènes de classe A, lorsqu'ils sont exprimés, induisent le développement de sépales. L'interaction entre les gènes de classe A et de classe B induit le développement de pétales dans le verticille 2. Les étamines se forment dans le verticille 3 à la suite de l'interaction entre les gènes de classe B et de classe C.

Dans le verticille 4 gène de classe C induit la formation de carpelles. Ainsi, le résumé du modèle ABC est le suivant : les gènes de classe A ensemble et le gène de classe C seul sont responsables du développement des sépales et des carpelles respectivement. Les gènes de classe B et les gènes de classe A fonctionnent en coopération pour déterminer le développement des pétales. Les gènes de classe B et le gène de classe C agissent ensemble pour induire le développement des étamines (Fig. 30.12).

Coen et al. (1991) ont formulé le modèle ABC. En analysant les mutations affectant la structure de la fleur, Coen et al. identifié les gènes de classe ABC qui dirigent le développement des fleurs. Ils ont également formulé les modèles moléculaires de la façon dont le méristème floral et l'identité des organes peuvent être spécifiés. Ils ont montré que les plantes angiospermes éloignées utilisent des mécanismes homologues dans la formation de motifs d'organes floraux. Ex. Arabidopsis thaliana et Antirrhinum majus.

Les deux éléments suivants ont conduit à formuler le modèle ABC :

(1) La découverte de mutants homéotiques (les gènes homéotiques identifient des organes floraux spécifiques et aident l'organe à se développer dans le verticille respectif. Le mutant homéotique a une expression inappropriée, c'est-à-dire qu'il induit le bon organe à se développer dans le mauvais verticille. Comme par exemple - les pétales émergent dans le verticille où normalement les étamines se développent).

(2) L'observation que chacun des gènes qui induisent la formation d'un organe dans une fleur a un effet sur deux groupes d'organes floraux, à savoir le sépale et les pétales ou les pétales et les étamines.

Les gènes de classe A, B et C sont des gènes homéotiques. Ils déterminent l'identité des différents organes floraux et induisent le développement des organes dans leurs verticilles respectifs.

Les mutants homéotiques ont des défauts dans le développement des organes floraux et induisent le développement des bons organes dans des verticilles/endroits incorrects, c'est-à-dire qu'un organe floral se développe dans le verticille, ce qui est la position normale d'un autre organe floral. Les pétales, par exemple, se développent dans le verticille où les étamines doivent normalement se former.

Dans chaque verticille d'une fleur, il y a un ou plusieurs gènes homéotiques et leurs fonctions coopératives déterminent l'organe à former dans ce verticille. Par exemple, l'activité des gènes de classe A est limitée aux verticilles 1 et 2. Les gènes de classe B ont une fonction dans les verticilles 2 et 3. Le gène de classe C fonctionne dans les verticilles 3 et 4.

Une autre façon de décrire la fonction des gènes des classes A, B et C est que, dans le verticille 1, la fonction des gènes de classe A seule détermine la formation des sépales dans le verticille 2, les fonctions des gènes des classes A et B déterminent toutes deux la formation des pétales. dans le verticille 3, les fonctions des gènes de classe B et C déterminent toutes deux l'émergence des étamines et dans le verticille 4, seule la fonction des gènes de classe C détermine la formation des carpelles.

Chez Arabidopsis, il existe deux gènes de classe A, deux gènes de classe B et un gène de classe C (tableau 30.1). La caractéristique la plus caractéristique de ces gènes homéotiques réside dans l'identification des organes floraux et dans la détermination de la position/verticille de leur émergence dans un méristème floral. Les deux gènes de classe A et les deux gènes de classe B agissent en coopération.

La fonction des gènes de classe A est limitée aux verticilles 1 et 2. De même, la fonction du gène de classe C est limitée aux verticilles 3 et 4. Cela peut être interprété d'une autre manière. Dans les verticilles 1 et 2, la fonction des gènes de classe A empêche le gène de classe C de fonctionner dans les mêmes verticilles. De même, la fonction du gène de classe C empêche les gènes de classe A de fonctionner dans les verticilles 3 et 4.

Toute mutation dans les gènes de classe A avec des défauts dans le développement des organes floraux invitera le gène de classe C à s'exprimer dans les verticilles 1 et 2. Le gène de classe C, dans les mutants de classe A, s'exprimera dans les verticilles 1 et 2 en plus des verticilles normaux 3 et 4.

De même, toute mutation du gène de classe C avec des défauts dans le développement des organes floraux conduira à l'empiètement sur la fonction des gènes de classe A. Les gènes de classe A s'exprimeront dans les verticilles 3 et 4 en plus des verticilles normaux 1 et 2.

Les trois exemples suivants de gènes mutants homéotiques illustreront la discussion ci-dessus (Fig. 30.13) :

(1) La fleur d'Arabidopsis avec des mutants de classe A, comme l'apetala 1(ap 1) présente le schéma suivant d'organes floraux (Fig. 3.13.II) : le verticille 1 montre une structure en forme de bractée avec des caractéristiques carpelloïdes le verticille 2 montre des étamines verticille 3 montre les étamines et le verticille 4 montre le carpelle.

Le modèle de formation des organes floraux dans les verticilles 1 et 2 est modifié. Dans les mutants ap 1, l'activité de deux gènes de classe A est perdue. Ainsi, le gène de classe C exprimé dans les verticilles 1 et 2 en plus des verticilles 3 et 4. En conséquence, l'organe carpelloïde s'est développé dans le verticille 1 et les étamines se sont formées dans le verticille 2. Dans les verticilles 3 et 4, les étamines et le carpelle respectivement se forment de la même manière que sauvages. (Fig. 30.13.I).

(2) Exemple : Fleur d'Arabidopsis avec un mutant de classe B, comme l'apetala 3 (ap 3) : La fleur ne présente des sépales que dans les verticilles 1 et 2, tandis que les verticilles 3 et 4 ne présentent que des carpelles (Fig. 30.13III). Le mutant de classe B contient des gènes de perte de fonction et, par conséquent, les gènes de classe A s'expriment dans les verticilles 1 et 2 et le gène de classe C seul s'exprime dans les verticilles 3 et 4. Chez les mutants ap 3 dans le verticille 2, des sépales sont formés au lieu de pétales et dans le verticille 3, un carpelle est formé à la place des étamines.

(3) Chez Arabidopsis, le gène de classe C contient le seul gène agame (ag). La fleur d'Arabidopsis avec le mutant agamous (ag) se compose de nombreux sépales et pétales. Les organes reproducteurs - étamines et carpelles ne sont pas formés dans les verticilles 3 et 4. Le gène de classe C avec le mutant ag contient un gène de perte de fonction. En conséquence, les gènes de classe A s'expriment dans les verticilles 3 et 4 en plus de 1 et 2. Dans ag, les sépales et pétales mutants sont formés dans les verticilles 3 et 4 au lieu des étamines et du carpelle. La littérature de Howell fournit la micrographie électronique à balayage des phénotypes floraux des mutants homéotiques floraux des gènes de classe A, B et C.

Chez Arabidopsis, il a été observé que chez tous les mutants, un gène homéotique reste fonctionnel dans chaque verticille. La fleur avec le triple mutant de classe ABC présente des sépales dans chaque verticille. Chez ABC triple mutant, les gènes nécessaires à la formation des organes floraux deviennent non fonctionnels. En conséquence, des sépales ou des feuilles se forment dans chaque verticille, car les mutants homéotiques ne spécifient aucun organe floral. Cette observation a conduit les botanistes à considérer les "fleurs comme des feuilles modifiées" sur la base de la génétique moléculaire.

La caractéristique importante du modèle ABC est qu'il peut prédire le type d'organe floral à induire pour se développer dans n'importe quel verticille. Krizek et al. (1996) ont réussi à induire n'importe laquelle des quatre parties florales différentes du verticille 1 de la fleur d'Arabidopsis. Cela est devenu possible grâce à des manipulations génétiques de la bonne combinaison de gènes sélecteurs homéotiques.

Le modèle ABC semble simple, mais une image complètement différente est obtenue lorsqu'il est analysé sur la base de la génétique moléculaire et en termes moléculaires.

L'analyse comprend la structure des différentes classes de gènes homéotiques, les mutants homéotiques, la fonction coopérative entre les gènes homéotiques, l'exclusion mutuelle dans l'expression des gènes des classes A et C dans le même verticille, l'identification des gènes homéotiques floraux et leur isolement. par clonage, la production de la protéine MADS box par des mutants homéotiques, l'étude des gènes qui interviennent dans l'interaction entre le méristème floral et le développement des organes floraux, la présence ou l'absence de différentes classes de facteurs de transcription, etc., dont les détails peuvent être obtenus dans le littératures sur la génétique moléculaire.

Arabidopsis thaliana appartient à la famille des Brassicacées et est devenu l'organisme modèle pour comprendre la génétique et la biologie moléculaire des plantes à fleurs comme les souris et la drosophile dans les recherches sur les animaux pour les raisons suivantes :

(i) Il a cinq chromosomes (n = 5) et donc ce génome de petite taille est avantageux pour la cartographie et le séquençage des gènes.

(ii) La taille de la plante est petite et peut donc être cultivée dans un petit espace et nécessite des installations intérieures modestes.

(iii) Il a un cycle de vie rapide et prend environ six semaines de la germination aux graines mûres.

(iv) Une plante individuelle produit plusieurs milliers de graines.

(v) ‘Le génome d'Arabidopsis est parmi les plus petits des plantes supérieures, avec une taille haploïde d'environ 100 mégabases (mb) d'ADN. Avec une petite taille de génome, on s'attendait à ce qu'il y ait moins de problèmes de duplication de gènes & #8217—Howell.

(vi) Il est facilement transformable avec la transformation médiée par l'ADN-T.

En 2004, le modèle ABCE a été formulé. La caractérisation des mutants triples sepallata 1, 2, 3 chez Arabidopsis a conduit à la formulation ci-dessus. On considère que les gènes de classe E ont un rôle important dans le développement des organes floraux.


Voici quelques questions courantes sur les orchidées européennes :

Orchidées sauvages du Pays de Galles - comment, quand et où les trouver

Le nouveau guide de 200 pages de Sue Parker couvre toutes les espèces présentes au Pays de Galles. Il y a aussi des cartes, des directions et des informations d'accès sur 50 des meilleurs sites et promenades d'orchidées sauvages. Quiconque aime les fleurs sauvages (en particulier les orchidées sauvages) serait ravi de recevoir ce livre cartonné acclamé. Disponible en ligne ici.


Chauffage Solaire - Style Prairie

La construction en forme de soucoupe de nombreuses fleurs printanières comme le crocus n'est pas un hasard. Ni le centre flou du crocus (composé de nombreuses étamines jaunes et une touffe de pistils grisâtres - qui deviennent des fruits à plumes), ni ses pétales très réfléchissants. Tout cela s'ajoute au chauffage solaire. . . Style crocus !

Si vous regardez bien, il n'y a pas beaucoup d'innovations humaines que Mère Nature n'a pas déjà découvertes !

La lumière du soleil qui atteint les pétales brillants du crocus se reflète dans le centre de la fleur. Cette énergie rebondit entre les étamines et les pistils, réchauffant ces parties reproductrices vitales de la fleur. Par une journée ensoleillée, la température à l'intérieur d'une fleur de crocus peut être jusqu'à 10 C (18 F) plus élevée que la température de l'air environnant. Non seulement la fleur en forme de plat concentre la chaleur du soleil, mais elle suit le soleil dans le ciel, maximisant ainsi la durée chaque jour pendant laquelle il peut rester plus chaud que l'air ambiant.

La chaleur au centre de la fleur favorise le développement du pollen et des graines, mais peut également aider les insectes à survivre et à se reproduire dans le climat quelque peu rude du début du printemps. Alors, la prochaine fois que vous verrez un crocus, regardez de près son centre jaune. Les insectes que vous voyez ramper ne sont peut-être pas seulement là pour un repas. Par une fraîche journée de printemps, le centre d'une fleur de crocus est un endroit pour se réchauffer un peu !


Position de l'ovaire

Nous pouvons utiliser l'emplacement de l'ovaire pour mieux distinguer les fleurs. Si les autres verticilles de la fleur se rejoignent sous l'ovaire (l'ovaire ou les ovaires ressemblent un peu à un œuf ou à des œufs dans un nid), l'ovaire est supérieur (au-dessus du reste de la fleur). Cela signifie que le reste des parties de la fleur se trouve sous le gynécée, nous pouvons donc également appeler cette fleur hypogyne (sous le gynécée). Les deux termes décrivent tous deux la même situation, mais supérieur se réfère uniquement à l'ovaire tandis que hypogyne se réfère à la fleur, en général.

Ovaire supérieur (fleurs hypogynes)

Figure (PageIndex<8>) : Un dessin d'une fleur hypogyne. Le calice, la corolle et l'androcée fusionnent avec le réceptacle sous le gynécée. L'ovaire repose sur ces autres verticilles, un ovaire supérieur. Image de Gustav Hegi (1876&ndash1932), Gustav Dunzinger, domaine public, via Wikimedia Commons. Figure (PageIndex<9>) : dans l'image ci-dessus, nous voyons deux fleurs (en fait deux fleurons d'une ombelle souterraine !) Scoliopus bigelovii. Celui de gauche a perdu tous les verticilles sauf le gynécée. Cela vous permet de voir à quoi ressemble le gynécée et où il est positionné dans celui de droite. Dans la fleur complète, les sépales, les pétales et les étamines se rencontrent tous sous l'ovaire, qui se trouve au milieu comme un œuf géant dans un nid extraterrestre. Photo de Maria Morrow, CC BY-NC.

Ovaire inférieur (fleurs épigynes)

Dans le cas contraire, les autres verticilles floraux se rejoignent en un point au-dessus de l'ovaire. Dans ce cas, l'ovaire est inférieur et la fleur est épigyne (au-dessus du gynécée).

Figure (PageIndex<10>) : Un dessin d'une fleur épiogyne. Le calice, la corolle et l'androcée fusionnent au-dessus du gynécée. L'ovaire se trouve en dessous de ces autres verticilles, un ovaire inférieur. Image de Gustav Hegi (1876&ndash1932), Gustav Dunzinger, domaine public, via Wikimedia Commons. Figure (PageIndex<11>) : Dans cette fleur, les verticilles floraux sont situés au-dessus de l'ovaire, qui est le tube vert allongé qui contient les ovules. Photo de Melissa Ha, CC BY-NC.

Ovaire semi-inférieur (fleurs périgynes)

Comme toujours, il y a des situations moins claires. Chez certaines fleurs, comme dans la famille des roses, les verticilles floraux se rejoignent et fusionnent en un point au-dessus de l'ovaire, puis descendent, autour et sous l'ovaire en tant qu'unité fusionnée. Cette unité fusionnée est appelée un hypanthe. L'ovaire est appelé semi-inférieur, car il est situé sous les parties non fusionnées des verticilles floraux. Parce que les verticilles floraux voyagent autour de l'ovaire comme l'hypanthium, la fleur est périgyne (péri-sens autour).

Figure (PageIndex<12>) : Un dessin d'une fleur périgyne. Le calice, la corolle et l'androcée fusionnent pour former une couche de tissu (hypanthium) qui entoure et fusionne avec l'ovaire. L'ovaire semble se situer sous les autres verticilles, mais est entouré par l'hypanthium (fusionné ou non), un ovaire semi-inférieur. Image de Gustav Hegi (1876&ndash1932), Gustav Dunzinger, domaine public, via Wikimedia Commons. Figure (PageIndex<13>) : Dans cette fleur, les verticilles floraux se rejoignent là où les pétales et les sépales semblent se terminer. Ils forment alors un long hypanthium tubulaire qui ressemble beaucoup à un ovaire inférieur de l'extérieur. Cependant, vous pouvez voir que l'ovaire (rempli d'ovules) n'est situé qu'à la base de cette structure. Photo de Melissa Ha, CC BY-NC.


La vie et la mort d'une guêpe du figuier

Regardez attentivement et vous pouvez voir les minuscules guêpes de figues à l'intérieur de ce Ficus racemosa figue.

Seriez-vous heureux si votre fruit préféré était accompagné d'un prix, comme des boîtes de céréales ? Seriez-vous toujours heureux si ce « prix » était une toute petite guêpe morte ? Alors que la plupart d'entre nous n'aiment pas les insectes dans nos friandises sucrées, les singes, chauves-souris, perroquets et autres animaux qui mangent beaucoup de figues ne semblent pas s'en soucier. Et c'est une bonne chose, car chaque figue de la forêt tropicale ne mûrit qu'après la mort d'une guêpe à l'intérieur.

La vie d'une guêpe figue commence et se termine dans… vous l'aurez deviné, une figue. Une jeune femelle de guêpe des figues quitte la figue dans laquelle elle est née et cherche une figue dans laquelle pondre ses œufs. Elle est plus courte qu'un cil, mais elle volera jusqu'à 6 miles pour trouver un arbre avec des figues en fleurs.

Une guêpe trouve une figue en fleurs en utilisant son odorat. Lorsqu'elle entre par la petite ouverture, ses ailes et ses antennes sont arrachées.

Une figue en fleurs n'est pas facile à repérer à vue. Contrairement aux fleurs lumineuses et colorées que vous voyez dans un jardin, les fleurs de figuier sont cachées dans des boules creuses qui mûriront en figues. Cela signifie que la guêpe des figues doit utiliser son odorat pour trouver un arbre avec des figues en fleurs.

Lorsqu'elle trouve une figue avec des fleurs, elle se faufile à travers une petite ouverture pour entrer. L'ouverture est si petite qu'en grimpant, la guêpe arrache ses ailes et ses antennes. Cela signifie qu'elle ne pourra jamais partir. Elle pond ses œufs et vit le reste de sa courte vie à l'intérieur de cette petite figue.

Ses œufs poussent à l'intérieur de la fleur de figuier et éclosent plusieurs jours plus tard. Les guêpes nouvellement écloses s'accouplent avec d'autres guêpes nées dans la même figue. Après l'accouplement, les mâles creusent un trou dans la figue qui permet aux femelles de s'envoler et de trouver de nouvelles figues. Les mâles n'ont pas d'ailes, ils ne peuvent donc pas partir et meurent à l'intérieur de la figue dans laquelle ils sont nés.


2e PUC Biology Principes d'héritage et de variation Questions et réponses du manuel NCERT

Question 1.
Mentionnez les avantages de la sélection d'une plante de pois pour l'expérience de Mendel.
Réponse:
Mendel a choisi le petit pois pour son travail expérimental car il présentait les avantages suivants :

  • Les plants de pois présentaient un certain nombre de caractères contrastés bien définis.
  • Il a des fleurs bisexuées parfaites contenant à la fois des parties mâles et femelles. Les fleurs sont majoritairement autogames.
  • En raison de l'autofécondation, les plantes sont homozygotes. Il est donc facile d'obtenir des lignées pures sur plusieurs générations.
  • C'est une plante annuelle. Son cycle de vie court a permis d'étudier plusieurs générations sur une courte période.
  • Il est facile à cultiver.
  • Il est facile à traverser car le pollen d'une plante peut être introduit dans le stigmate d'une autre plante.

Question 2.
Différencier entre:-
(a) Dominance et Récessif.
Réponse:

Dominance Récessif
1. Capable de s'exprimer même en présence d'allèles contrastés.
2. Ne nécessite pas un autre allèle similaire pour produire son phénotype.
3. Produit un polypeptide, une protéine ou une enzyme complet.
4. Il s'agit généralement d'un allèle de type sauvage.
1. Ne peut pas s'exprimer en présence d'allèles contrastés.
2. Peut produire son phénotype uniquement avec un allèle similaire.
3. Formulaires produits incomplets.
4. Généralement un allèle mutant.

(b) Homozygote et hétérozygote.
Réponse:

Homozygote hétérozygote
1. Possède des allèles similaires.
2. 2 types – Homozygote dominant et récessif.
3. L'individu est pur pour le trait.
4. Lors de l'auto-élevage, des types similaires de progéniture se forment.
5. Un seul type de gamète est formé
1. Possède différents allèles.
2. Est d'un type
3. L'individu est rarement pur pour le trait.
4. Lors de la reproduction, 3 types de progéniture sont formés.
5. 2 types de gamètes produits.

(c) Monohybride et Dihybride
Réponse:

Monohybride Dihybride
1. Croisement effectué entre des individus ayant des traits contrastés afin d'étudier l'hérédité d'une paire d'allèles.
2. Rapport phénotypique monohybride dans F2 génération est de 3:1.
3. Rapport génotypique monohybride en F2 la génération est de 2:1.
1. Croisement effectué entre des individus ayant des traits contrastés afin d'étudier l'hérédité de 2 paires d'allèles.
2. Le rapport phénotypique dihybride est de 9:3:3:1
3. Le rapport génotypique dihybride est de 1:2:1:2:4:2:1:2:1

Question 3.
Un organisme diploïde est hétérozygote pour 4 loci, combien de types de gamètes peut-on produire ?
Réponse:
Un organisme diploïde hétérozygote pour 4 loci aura la constitution génétique supportée YyRr pour deux caractères. Les allèles Y-y et R-r seront présents sur 4 loci différents. Chaque parent produira quatre types de gamètes – YR, Yr, yR, yr.

Question 4.
Expliquez la loi de la domination en utilisant un croisement monohybride.
Réponse:
Loi de dominance :

  • Les caractères sont contrôlés par des unités discrètes appelées facteurs.
  • Les facteurs se produisent par paires.
  • Dans une paire de facteurs dissemblables, un membre de la paire domine (dominant) l'autre (récessif) supprime.

Dans un croisement monohybride :

Question 5.
Définir et concevoir un test croisé.
Réponse:
Test croisé : un organisme présentant un phénotype dominant (le génotype doit être déterminé.) de F2 est croisé avec un parent récessif au lieu de s'auto-croiser. Les descendances d'un tel croisement peuvent être analysées pour prédire le génotype de l'organisme d'essai. Ex : Une plante haute et courte prise dans l'expérience. De F2 génération, TT ou Tt pourrait être grand que je plante. Le parent récessif sera tt. Donc, si la plante d'essai était TT, la plante résultante ne sera que haute. Si la plante d'essai était Tt, la plante résultante sera haute et courte.

Question 6.
En utilisant un carré de Punnett, la distribution d'entraînement des caractéristiques phénotypiques dans le F1 génération après croisement entre femelle homozygote et mâle hétérozygote pour un même locus.
Réponse:

Question 7.
Lorsque le croisement est effectué entre une plante haute hybride à graines jaunes (Tt Yy) et une plante haute à graines vertes (Tt yy), quelle proportion du phénotype dans la progéniture pourrait-on s'attendre à être
(a) Grand et vert
(b) Nain et Vert
Réponse:

Question 8.
Deux plantes hétérozygotes sont croisées. Si 2 loci sont liés, quelle serait la distribution des caractéristiques phénotypiques dans F1 génération dans un croisement dihybride.
Réponse:

Question 9.
Mentionnez les contributions de TH Morgan en génétique.
Réponse:
Thomas Hunt Morgan (1866-1945) est appelé père de la génétique expérimentale. C'était un scientifique américain, célèbre pour ses recherches expérimentales sur la mouche des fruits (Drosophila) grâce auxquelles il a établi la théorie chromosomique de l'hérédité. Il a découvert la présence de gènes sur les chromosomes, la théorie des liaisons chromosomiques, la cartographie des chromosomes, le croisement, l'hérédité croisée et la mutabilité des gènes. Les travaux de Morgan ont joué un rôle clé dans l'établissement du domaine de la génétique. Il reçoit le prix Nobel de physiologie ou médecine en 1933.

Question 10.
Qu'est-ce que l'analyse généalogique ? Suggérez comment une telle analyse peut être utile.
Réponse:
Analyse de pedigree : Etude de la transmission de traits particuliers graphiquement sur le présent et les dernières générations pour découvrir la possibilité de leur apparition dans les générations futures. Ainsi, l'analyse des traits sur plusieurs générations d'une famille est appelée analyse généalogique.
Importance:

  • Connaître la possibilité d'un allèle récessif pouvant créer un trouble.
  • Peut indiquer l'origine d'un trait dans les ancêtres.
  • L'analyse est utilisée pour le conseil génétique.
  • Largement utilisé dans la recherche médicale.

Question 11.
Un enfant a le groupe sanguin O. Si le père a le groupe sanguin A et la mère B, déterminez les génotypes du parent et les génotypes possibles des autres descendants.
Réponse:
Le groupe sanguin O peut apparaître avec 1° 1° seulement (2 allèles récessifs).

Question 12.
Comment le sexe est-il déterminé chez les êtres humains ?
Réponse:
La détermination chromosomique du sexe chez l'être humain est de type XX-XY. Les êtres humains ont 22 paires d'autosomes et une paire de chromosomes sexuels. La femelle possède deux chromosomes sexuels homomorphes (= isomorphes), nommés XX. Les mâles contiennent deux chromosomes sexuels hétéromorphes, c'est-à-dire XY. Tous les ovules formés par la femelle sont similaires dans leur type chromosomique (22 + X). Par conséquent, les femelles sont homogamétiques. Les gamètes ou spermatozoïdes mâles produits par les hommes sont de deux types, les gymnospermes (22 + X) et les androspermes (22 + Y). Les mâles humains sont donc hétérogamétiques.

Le sexe de la progéniture est déterminé au moment de la fécondation. La fécondation de l'ovule (22 + X) avec une gynosperme (22 + X) donnera un enfant femelle (44 + XX) tandis que la fécondation avec une androsperme (22 + Y) donnera naissance à un enfant mâle (44 + XY). Comme les deux types de spermatozoïdes sont produits dans des proportions égales, il y a des chances égales d'avoir un enfant mâle ou femelle dans un accouplement particulier. Comme les chromosomes Y déterminent le sexe masculin de l'individu, on l'appelle aussi androsome.

Question 13.
Expliquez les termes suivants avec un exemple
(a) Codomination
(b) Domination incomplète
Réponse:
une. La codominance est une condition dans laquelle le F1 génération ressemble aux deux parents (par exemple, les groupes sanguins).
b. Le type d'héritage dans lequel le F1 ne montre pas le caractère dominant mais montre un caractère intermédiaire entre le dominant et le récessif est appelé dominance incomplète.

Question 14.
Qu'est-ce qu'une mutation ponctuelle ? Donnez un exemple.
Réponse:
Lorsque des altérations héréditaires se produisent dans un très petit segment de molécule d'ADN, c'est-à-dire un seul nucléotide ou paire de nucléotides, ces types de mutations sont appelés mutations ponctuelles (également appelées mutations génétiques). Les mutations ponctuelles peuvent se produire en raison d'une inversion, d'une substitution (transition et transversion) et d'un type de changement de cadre (insertion et suppression) de nucléotide dans l'ADN ou l'ARN. La phénylcétonurie (PKU Foiling 1934) est un trouble métabolique inné, autosomique et récessif dans lequel l'individu homozygote récessif n'a pas l'enzyme phénylalanine hydroxylase nécessaire pour changer la phénylalanine (acide aminé) en tyrosine (acide aminé) dans le foie. Il en résulte une hyperphénylalaninémie caractérisée par l'accumulation et l'excrétion de phénylalanine, d'acide phénylpyruvique et de composés apparentés.

L'absence de l'enzyme est due au gène autosomique récessif anormal sur le chromosome 12. Ce gène défectueux est dû à la substitution. Les bébés atteints sont normaux à la naissance, mais en quelques semaines, il y a une augmentation (30 à 50 fois) du taux plasmatique de phénylalanine, ce qui altère le développement du cerveau. D'autres symptômes sont un retard mental, une diminution de la pigmentation des cheveux et de la peau et l'eczéma.

Question 15.
Qui avait proposé la théorie chromosomique de l'hérédité ?
Réponse:
Sutton et Boveri ont proposé la théorie chromosomique de l'hérédité. La théorie croit que les chromosomes sont des véhicules d'informations héréditaires qui possèdent des facteurs ou des gènes mendéliens et que ce sont les chromosomes qui se séparent et s'assortissent indépendamment au cours de la transmission d'une génération à l'autre.

Question 16.
Mentionnez deux maladies génétiques autosomiques avec leurs symptômes.
Réponse:
Phénylcétonurie : Cette erreur innée du métabolisme est également héritée en tant que trait autosomique récessif. L'individu affecté manque d'une enzyme qui convertit l'acide aminé phénylalanine en tyrosine. En conséquence, cette phénylalanine est accumulée et convertie en acide phénylpyruvique et autres dérivés. L'accumulation de ceux-ci dans le cerveau entraîne un retard mental.

Anémie falciforme : Il s'agit d'un trait récessif apprécié des autosomes qui peut être transmis des parents à la progéniture lorsque les deux partenaires sont porteurs du gène de l'hétérozygote.

2e PUC Biologie Principes d'hérédité et de variation Questions et réponses supplémentaires

2e PUC Biologie Principes d'hérédité et de variation One Mark Questions

Question 1.
Donner le sens du terme allèle.
Réponse:
Il représente une paire de gènes de 2 alter-natifs de même caractère et occupe la même position (locus) sur le chromosome homologue. OU Les différentes formes de gènes sont appelées allèles.

Question 2.
Quelles sont les formes alternatives d'un gène pouvant occuper le même locus sur un chromosome particulier et contrôlant le même caractère ?
Réponse:
Allélomorphe.

Question 3.
Différencier les mutants et les mutons.
Réponse:
Mutants : L'organisme présentant une mutation.
Mutons : Le plus petit segment d'ADN pouvant subir une mutation.

Question 4.
Qu'entendez-vous par matériel héréditaire qui se trouve dans la partie externe du chromosome ?
Réponse:
Plasmogène.

Question 5.
Quel terme Mendel a-t-il utilisé pour ce que nous appelons maintenant les gènes ? [Chauds]
Réponse:
Facteurs ou détermination.

Question 6.
Que dites-vous quand un gène montre un effet dominant ?
Réponse:
Gène dominant.

Question 7.
Définir le phénotype.
Réponse:
Les caractéristiques observables ou externes d'un organisme, constituent son phénotype.

Question 8.
Qu'entend-on par véritable élevage?
Réponse:
La véritable reproduction signifie que les parents transmettront également un trait phénotypique spécifique à leur progéniture.

Question 9.
Mendel a étudié sept caractères chez le pois potager. Parmi les éléments suivants, lesquels étaient récessifs ?
Graine ridée, fleur axiale, couleur jaune de la gousse, grande fleur violette.
Réponse:
Graine ridée

Question 10.
Qu'entendez-vous par Fj dans la loi de Mendels ?
Réponse:
Première génération fertile.

Question 11.
Nommez la plante dans laquelle Mendel a effectué son expérience.
Réponse:
Plante de pois – Pisum sativum.

Question 12.
Qui a donné le nom de corps « X » ? Quels gènes sont choisis pour déterminer le sexe chez les êtres humains ?
Réponse:
Herman Henking a suggéré le nom et se produit la détermination du sexe chez l'homme par les chromosomes XX et XY.

Question 13.
Mendel a observé 2 types de rapports, c'est-à-dire 3:1 et 1:2:1 en fa2 génération dans ses expériences sur le petit pois. Nommez ces deux types de rapports respectivement.
Réponse:

Question 14.
Donnez un exemple de co-dominance.
Réponse:
Les gènes 'A', 'B' et 'O' sont co-dominants qui se trouvent dans le groupe sanguin.

Question 15.
Qu'est-ce que l'épistasie ?
Réponse:
C'est l'interaction entre deux gènes différents (gènes non alléliques) où un gène masque l'effet d'un autre gène.

Question 16.
Qu'entendez-vous par la représentation schématique des caractères héréditaires qui montre des caractères spécifiques de génération en génération ?
Réponse:
Analyse généalogique.

Question 17.
Chez l'homme, quatre types de groupes sanguins A, B, AB et O sont contrôlés par trois allèles d'un gène. Nommez le type d'hérédité impliqué dans le groupe sanguin.
Réponse:
Hérédités alléliques multiples.

Question 18.
Donnez le nom de toute espèce allopolyploïde d'origine naturelle.
Réponse:
Blé (Triticum astivum).

Question 19.
Quel est le rapport phénotypique et génotypique de dominance incomplète ?
Réponse:
Les ratios phénotypique et génotypique sont les mêmes c'est-à-dire 1AA : 2Aa : laa

Question 20.
Quand les individus présentant des caractéristiques morphologiques des deux sexes chez la drosophile appellent-ils cette méthode ?
Réponse:
Gynandromorphie.

Question 21.
Nommez le pigment qui donne la couleur à la peau de l'homme.
Réponse:
Mélanine

Question 22.
Nomme un segment d'ADN spécifique qui fonctionne comme une unité d'hérédité.
Réponse:
Gène.

Question 23.
Quels sont les gènes complémentaires ?
Réponse:
Ce sont les deux paires indépendantes de gènes qui interagissent pour produire un trait ensemble, mais chaque gène dominant seul ne montre pas son effet.

Question 24.
Comment s'appellent les bras d'un chromosome ?
Réponse:
Chromatide.

Question 25.
Nommez les pigments qui contrôlent la coloration de la peau chez l'homme. [Chauds]
Réponse:
Mélanine.

Question 26.
Qui a observé pour la première fois le chromosome ‘X’ ?
Réponse:
Henking. [Chauds]

Question 27.
Pourquoi le chromosome ‘X’ est-il appelé chromosome sexuel ?
Réponse:
Il s'agit de la détermination du sexe d'un individu.

Question 28.
Nommez la maladie causée par une nutrition inadéquate ou défectueuse.
Réponse:
Dystrophie.

Question 29.
Définir l'hétérogamité. Donne un exemple.
Réponse:
C'est un phénomène dans lequel les organismes produisent 2 types de gamètes (plus d'un type).
Ex : Humain mâle, drosophile mâle / poule femelle.

Question 30.
Quelle est l'exception de la théorie de l'assortiment indépendant de Mendel ?
Réponse:
Lien.

Question 31.
Donner le terme pour les facteurs qui causent la mutation.
Réponse:
Mutagènes.

Question 32.
Mentionnez 2 troubles mendéliens liés au sexe.
Réponse:
Hémophilie et daltonisme

Question 33.
Nommez quelques maladies qui peuvent être évitées dans la descendance grâce à l'analyse généalogique des parents.
Réponse:
Daltonisme, tuberculose, syndrome de Turner.

Question 34.
Donnez la raison du syndrome de Down.
Réponse:
Trisomie du 21ème chromosome.

Question 35.
Définir la condition trisomique.
Réponse:
Lorsqu'un chromosome particulier est présent en 3 copies dans une cellule diploïde, la condition est appelée condition trisomique.

36.
Définir la condition monosomique.
Réponse:
Lorsqu'un chromosome particulier est présent en une seule copie dans une cellule diploïde, la condition est appelée une condition monosomique.

2e PUC Biologie Principes d'hérédité et de variation Questions à deux points

Question 1.
Définir la croix de test. Quelle est sa signification ?
Réponse:
C'est le croisement entre un individu avec un phénotype dominant avec un individu homozygote récessif pour le trait. Il est utilisé pour déterminer le génotype d'un individu pour tout trait de caractère.

Question 2.
Que sont les allèles multiples ? Donne un exemple.
Réponse:
Lorsqu'un gène existe sous plus de 2 formes alléliques, les allèles sont appelés allèles multiples.
Eg: The gene ‘I’ controls the human blood group. It exist in 3 different alleleic form i.e., I A I B and i.

Question 3.
Write T.H.Morgan’s contribution to genetics.
Réponse:

  • Morgan conducted experiments in Drosophila melanogaster and discovered sex linkage.
  • He also found that linked genes may show the phenomenon called linkage where the recombinants in a test than 50%. cross progeny are less.

Question 4.
Differentiate between monohybrid and dihybrid.
Réponse:

Monohybrid Dihybrid
It is a cross, where 2 forms of the single trait are hybridised. It is a cross where 2 forms of 2 different traits are hybridised.

Question 5.
Differentiate between genotypes and phenotype.
Réponse:

Génotype Phénotype
(a) It is the total genetic constitution of an individual. (a) It is the external appearance of an individual.
(b) It is the expression of the genome or more specifically the alleles present at one locus. (b) It is the expression of genotype produced under the influence of an environment.

Question 6.
Differentiate between test cross and reciprocal cross.
Réponse:

Test cross Reciprocal cross
It is a cross between, F1 hybrid and recessive parent. It confirms the purity of the F1 hybrid whether it is homozygous or heterozygous. It is the second cross involving the same strains carried by sexes opposite to those in the first cross. It is able to distinguish between nuclear chromosomal and sex-linked inheritance.

Question 7.
Is not possible to study the inheritance of traits in humans in the same way as in peas? Give 2 main reasons for it and the alternative method used for such study.[Hots]
Réponse:
Mendel’s laws are not applicable for human beings because:

  • In human the generation time is too long and produces a small progeny. It creates difficulty in the statistical computation of any generation of individuals.
  • Human cannot be crossed at will. Pedigree analysis is another method used to study the family instances and the transmission of particular trait generation after generation.

Question 8.
What is back cross?
Réponse:
When an intercross done between 2 genetically different parents, a hybrid is produced which may be homozygous or heterozygous. To determine the purity of parents and to test genotypes of F1 hybrid, a cross is made between F1, hybrid and of the parent. Such cross is known as backcross.

Question 9.
How would you find the genotype of an organism exhibiting a dominant phenotypic trait?[Delhi 2008]
Réponse:
First a test cross will be done between the dominant phenotypic individual (F1 hybrid) with the recessive phenotypic individual (parent). If the individuals are homozygous dominant, all the individuals in the progeny

If the individuals are heterozygous, the progeny will show dominant phenotype and recessive phenotype in the ratio 1:1.

Question 10.
Give the structure of E. coli chromosome.
Réponse:
Isolated E. coli chromosomes display many individually supercoiled loops emanating from a central region. These supercoiled loops were hypothesized to be topological domains. These domains are sufficient to generate the observed precision of E. coli chromosome structure. Its chromosomal DNA has been completely sequenced by lab researchers. E. coli has a single chromosome with about 4,600 kb, about 4,300 potential coding sequences, and only about 1,800 known E. coli proteins.

Question 11.
What is meant by chromosomal abberation? In which type of cells it commonly occurs?
Réponse:
Alternation in chromosomes is due to the deletion/duplication/addition of a segment of DNA is called chromosomal abberation. Commonly occurs in cancerous cells.

Question 12.
What is a modifier gene?
Réponse:
Modifier genes, instead of making the effects of another gene. A gene can modify the expression of a second gene. In mice, coat colour is controlled by the B gene. THeB allele conditions black coat colour and is dominant to the b allele that produces a brown coat.

Question 13.
Classify the following into chromosomal and Mendelian disorders.
(a) Cystic fibrosis
(b) Turner’s syndrome
(c) Klinefelter’s syndrome
(d) Hemophilia
Réponse:
(a) Cystic fibrosis – Mendelian disorder
(b) Turner’s syndrome – Chromosomal disorder
(c) Klinefelter’s syndrome – Chromosomal disorder
(d) Haemophilia – Mendelian disorder

Question 14.
Describe the causes of hereditary variation.
Ou
Why do hereditary variations originate?
Réponse:
Any change in the structure of the gene of an organism will produce heritable variations. The chief causes of these variations are as follows:

(i) Genetic recombination: The exchange of chromosomal segments of genes takes place during reduction division which causes recombination of genes. These recombinant organisms fuse to form a zygote. The genetic structure of these zygotes is different from their parents. Adults formed from this zygote will show variations.

(ii) Changes in the number of chromosomes: Changes in the number of chromosomes will also cause genetic variations, e.g., modern varieties of wheat contain 16,21 and 42 chromosomes. These varieties are produced from their parents having only 7 chromosomes.

(iii) Changes in the structure of genes: Changes in the structure of genes will also cause genetic variations, e.g., 30 varieties of wheat is the best example of genetic variations. Like this, if any changes in the genes of human beings which are related to pigment production, will inhibit the production of these pigments and thus man become albino.

Question 15.
Explain how an XXY individual can arise in humans.
Réponse:
An XXY individual can arise if an abnormal egg with XX chromosomes fertilizes with a normal sperm carrying Y’ chromosome.

Question 16.
Why are women normally carriers of sex-linked diseases? Write with an example.
Ou
Men are generally suffering from color-blindness but women are only carriers of this disease. Explain the reason.
Réponse:
The gene for color-blindness is recessive and carried by X-chromosomes. A color-blind man has a single recessive gene (X C Y). The gene for normal vision is dominant. When sex chromosomes (X) of a man contain genes for color-blindness (X C ), they express themselves and produce color-blindness in them. A carrier woman contains one recessive gene which remains suppressed due to the presence of the dominant gene of normal vision on the other sex chromosomes (X C X). These women play important role in the conduction of genes of color-blindness. Hence, they are carrier (X C X). Women become color-blind only when both chromosomes contain the genes of color-blindness (X C X C ).

Question 17.
Differentiate between haemophilia and sickle cell anemia.
Réponse:

Haemophilia Sickle cell anaemia
1. It is due to recessive defective allele present on X – chromosome.
2. It is a sex-linked ‘disorder.
3. A protein necessary for
clotting of blood is deficient.
1. It is due to point mutation i.e., a single base pair change leading to a change in amino acid.
2. It is an autosomal disorder.
3. The defective haemoglobin leads to a change in the shape of RBCs, which become a sickle cell.

Question 18.
Differentiate between Turners and Klinefelter’s syndrome.
Réponse:

Turner’s Syndrome Klinefelter’s Syndrome
1. The individual is female. 1. The individual is male.
2. The individual has one X chromosome less i.e., she has 45 chromosomes. 2. The individual has an extra X chromosome i.e., 47 chromosomes.
3.The individual has a short stature with an underdeveloped feminine character. 3. The individual has a tall stature with a feminised character.

Question 19.
Describe Mendel’s observation on the hybridization experiments on the garden pea.
Réponse:

  • The F hybrids always showed one of the parental forms of the trait and there was no blending of traits.
  • Both the parental form of traits appeared without any change / blending in the F2 génération.
  • The form of the trait that appeared in the F1 generation is called the dominant character and it appeared in the F2 generation about 3 times in frequency as that of its alternate form.

Question 20.
Why Mendel selected pea plants for his experiments?
Réponse:
Mendel selected pea plants on the basis of the following characters:

  • The Pea plant exhibited a number of contrasting characters.
  • It normally undergoes self-pollination but can be cross-pollinated manually.
  • It is an annual plant and yield’s results in a year’s time, so it can be observed for many generations.
  • Many varieties were available with observable alternative forms for a trait.
  • Pure varieties of pea were available which always bred true.
  • A large number of seeds are produced per plant which can be easily handled and cultivated.

Question 21.
List any 7 traits in garden pea which Mendel studied in his breeding
Réponse:

Question 22.
What is Klinefelter’s syndrome? Also, describe their symptoms.
Réponse:
Klinefelter’s syndrome: It is a sex chromosomal syndrome. It is found only in men. They possess 47 chromosomes in their cells (22 pairs autosomes + XXY sex chromosomes). One extra X chromosome is found in them, thus, there is Trisomy in the sex-chromosome.

Question 23.
A pea plant with Purple flowers was crossed with a plant with white flowers producing 40 plants with only purple flowers. On selfing, these plants produced 470 plants with purple flowers 162 with white flowers. What genetic mechanism accounts for these results?
Réponse:

F2 generation 470 purple: 162 white. In the F1 generation only purple flower-producing plants appeared. This means the purple colour is dominant. Which doesn’t allow the white colour to express itself.

In F2 generation, purple and white coloured flowers were produced in the ratio 3:1. Here the parental character of white again reappeared in about one-fourth of the progeny. This occurs due to the segregation of genes in the gamete formation. This represents the law of segregation and the monohybrid ratio.

Question 24.
In human beings, blue eye colour is recessive to brown eye colour. A brown-eyed man has a blue-eyed mother
(a) What is the genotype of the man and his mother?
(b) What are the possible genotype of his father?
(c) If a man marries a blue-eyed woman, what are the possible genotypes of their offsprings?
Réponse:
As per the given condition, the brown eye colour is dominant over the blue eye colour.

(a) The mother’s genotype must be ‘bb’ as she is recessive for blue coloured eye. The man is brown-eyed (dominant). Its possible genotype must be ‘Bb’ as he is procuring one of the recessive gene from his mother.

(b) As the genotype of the man is ‘Bb’ so the possible genotypes of his father may be BB or Bb

Question 25.
How do you relate dominance, codominance, and incomplete dominance in the inheritance of character?
Réponse:

  • Dominance: It is the phenomenon in which one of the alleles of a gene expresses itself in the hybrid / heterozygous condition. While the other is suppressed (recessive) in the presence of the other.
  • Codominance: It is the phenomenon in which 2 alleles of a gene are equally dominant and express themselves in the presence of the other
  • Incomplete dominance: It is the phenomenon in which neither of two alleles of a gene is completely dominant over the other and the hybrid is intermediate between the two parents.

Question 26.
Describe the XO- type of sex determination. [CHAUDS]
Réponse:
XO – type of sex determination occurs in certain insects like grasshoppers. The males have only one X – chromosome and hence they have one chromosome less than females. All the ova contains autosomes and one X chromosome. 50% of the sperm contains one X chromosome besides the autosomes, while 50% of sperm don’t have X – chromosomes. Sex of the individual is determined by the type of sperm fertilizing ovum. Egg fertilized by sperm having an X- chromosome developed into female. Egg fertilized by sperm having no chromosome develop into male.

Question 27.
Describe the different types of mutation.
Réponse:

  • A mutation is a phenomenon arising from the alteration of DNA sequences or structure or number of chromosomes.
  • Loss (deletion) or gain (insertion/duplication) of a segment of DNA results in the alteration in chromosome structure, which is called a chromosomal aberration.
  • When a mutation arises due to a change in single base pair of DNA, it is known as a point mutation. Eg: Sickle cell anaemia. Deletion or addition of base pairs of DNA causes frameshift mutation.

2nd PUC Biology Principles of Inheritance and Variation Five Marks Questions

Question 1.
What is incomplete dominance? Describe with one example.
Réponse:
When 2 parents are intercrossed with each other, the hybrid that produced doesn’t resemble either of the parents, but mid-way between 2 parents. The phenomenon of incomplete dominance occurs in the Four O’clock plant (Mirabilis Jalopa) and Snapdragon (Antirrhinum Majus). A cross between red-flowered (RR) and a white-flowered (rr) plant yields the hybrid flowered (Rr) one which is of pink colour in F, generation.

The pink hybrids on crossing with each other give the usual Mendelian ratio 1 : 2 : 1 (one red : 2 pink : 1 white). In this, the gene “R is not completely dominant over the allele ‘r’. The heterozygous Rr synthesizes only half pigment, so they are pink in colour.

Question 2.
In Snapdragons, tall (DD) is dominant over dwarf (dd) and Red (RR) is incompletely dominant over white (rr), the hybrid being pink. A pure tall white is crossed to a pure dwarf red and F2 is self-fertilized. Give the expected genotype and phenotype in F1 et F2 generations.
Réponse:

Question 3.
Sex determination is based on particular chromosomes in both birds and humans. State two points of difference between their mechanisms of sex determination.
Réponse:
je. In birds female has dissimilar chromosomes (ZW) and male has two similar ZZ chromosomes.
But in humans female has XX (homogametic) and male has XY (heterogametic)
ii. In humans the sperm is responsible for the sex of child but in birds egg is responsible for the sex of the chicks.

Question 4.
Study the Pedigree analysis chart and answer the question given below: [CBSE 2008]
Réponse:

(a) Is the trait recessive or dominant?
(b) Is the trait sex-linked or autosomal?
(c) Give the genotypes of the parents in Generation I and of their 3rd and 4th child in Generation II.
Réponse:
(a) The trait is recessive
(b) The trait is autosomal
(c) Parent Aa and Aa
3rd child is II generation – aa 4th child is II generation – Aa

Question 5.
Study the given pedigree chart to show the inheritance pattern of a human trait and answer questions given below.
(a) Give the genotype of a parent in 1st generation and of son and daughter were shown in 2nd generation.
(b) give the genotype of daughters shown in 3rd generation.
(c) Is the trait sex-linked or autosomal. Justifiez votre réponse.
Réponse:
(a) Genotypes of parents in Generation 1. Male – Aa Female – Aa Son (Generation II) – Aa Daughter (Generation II) – aa.
(b) Genotype of the daughter in Generation III – Aa
(c) It is an autosomal trait and not sex-linked because if it is sex-linked, the daughter in generation II cannot have it.

Question 6.
A girl baby has been reported to suffer from haemophilia. How is it possible? Explain with the help of a cross.
Réponse:
(a) Haemophilia is due to the presence of a recessive defective allele on the X – chromosome.
(b) A female with XX – chromosome must be homozygous for the disease to appear.
(c) She must receive one of the alleles from her haemophilie father (X h Y) and the other from her mother who is also an haemophilie or at least a carrier i.e. the heterozygous for the disease XX h .


CARNATIONS

Of the several kinds of Carnations, the three most common are the annual carnations, border carnations et perpetual-flowering carnations.

Carnations are also commonly referred to by their scientific name, "Dianthus", the name given by the Greek botanist Theopharastus. Carnations got the name Dianthus from two Greek Words - "dios", referring to the god Zeus, and "anthos", meaning flower. Carnations are thus known as the "The Flowers of God".

Kingdom Plantae Division Magnoliophyta Class Magnoliopsida Order Caryophyllales Family Caryophyllaceae Genus Dianthus

Carnations - Meanings

Another reason why carnations have become popular is because they come in numerous colors and each color of carnation has a different meaning. Some of these meanings are listed below.

Oeillets What they Mean
Carnations in general Fascination, Woman's Love
Pink Carnations Mother's Love
Light red Carnations Admiration
Dark red Carnations Deep Love and a Woman's Affection
White Carnations Pure Love and Good Luck
Striped Carnations Regret, Refusal
Green Carnations St. Patrick's Day
Purple Carnations Capriciousness
Yellow Carnation Disappointment, Dejection

It is a good idea to check the meaning of the particular color or type of carnation before you gift them to someone.

Some Interesting Facts about Carnations

  • Carnations express love, fascination and distinction.
  • Carnations are native to Eurasia.
  • Historically, Carnations are known to have been used for the first time by Greeks and Romans in garlands.
  • Carnations are exotic to Australia but have been grown commercially as a flower crop since 1954.
  • Carnation blooms last a long time even after they are cut.
  • Carnation flowers have become symbolic of mother's love and also of Mother's Day. Learn why you should select carnations as Mother's day flowers.

About the Carnation Flower and Plant

The single flowers of the Carnations species, Dianthus caryophyllus have 5 petals and vary from white to pink to purple in color. Border Carnation cultivars may have double flowers with as many as 40 petals.

When grown in gardens, Carnations grow to between 6 and 8.5 cm in diameter. Petals on Carnations are generally clawed or serrated.

Carnations are bisexual flowers and bloom simply or in a branched or forked cluster. The stamens on Carnations can occur in one or two whorls, in equal number or twice the number of the petals.

The Carnation leaves are narrow and stalk less and their color varies from green to grey-blue or purple. Carnations grow big, full blooms on strong, straight stems.

Types of Carnations

Carnation cultivars are mainly of three types:

  • Large flowered Carnations - one large flower per stem.
  • Spray Carnations (Mini Carnations) - with lots of smaller flowers.
  • Dwarf flowered Carnations - several small flowers on one stem.

Growing Carnations

  • Carnations grow readily from cuttings made from the suckers that form around the base of the stem, the side shoots of the flowering stem, or the main shoots before they show flower-buds.
  • The cuttings from the base make the best plants in most cases.
  • These cuttings may be taken from a plant at any time through fall or winter, rooted in sand and potted up.
  • They may be put in pots until the planting out time in spring, which is usually in April or in any time when the ground is ready to be handled.
  • The soil should be deep, friable and sandy loam.

Carnation Plant Care

  • Carnations need some hours of full sun each day and should be kept moist.
  • Avoid over-watering as this may tend to turn the foliage yellow.
  • Spent flowers should be removed promptly to promote continued blooming.
  • The quality of the bloom depends on the soil and irrigation aspects for growing carnations.
  • Those who grow carnations should know the importance of pinching, stopping and disbudding.
  • At the time of plucking carnations, leave three to four nodes at the base and remove the stem.
  • The plant foliage should not be exposed to the direct heat of a stove or the sun.

It is always a good idea for both an avid gardener as well as a beginner to invest in a good book on gardening. To view books on Gardening online click here.


Cactus

Cacti are perennial plants. Their stems are fleshy or succulent, and are cylindrical or flattened in shape. The stems are green-colored, and are photosynthetic, usually performing this function instead of leaves, which are greatly reduced in abundance or even absent in most mature cacti. Most species of cactus are well-protected by sharp bristles and spines, which serve to deter most herbivores.

The stems of cactus plants have numerous cushion- or pit-like structures known as areoles on their surface, from which usually emerge clusters of spines. In terms of developmental la biologie, areoles are usually interpreted as being incompletely developed, axillary stem branches. The spines are actually modified leaves. The areoles may also be protected by hook-like barbs known as glochidia. The roots of cacti are shallow and may be widely spread in the sol.

The flowers of cacti are usually perfect (bisexual), containing both male reproductive organs (stamens) and female parts (a pistil). The flowers occur singly, rather than in groups, although many discrete flowers may be present on a cactus at the same time. The flowers of most species of cacti are large and showy, and they can be colored white, red, pink, orange, or yellow, but not blue. The sepals of the calyx are petal-like in shape and Couleur, and they combine with the numerous petals to form an attractive, often richly scented, nectar-producing flower, designed to lure such pollinators as hawk-moths, bees, chauves-souris, et des oiseaux, especially hummingbirds and small doves. The fruit is a many-seeded berry.

Cacti are xerophytic plants, meaning they are physiologically and morphologically adapted to coping with the extreme l'eau deficiencies of dry habitats, such as deserts. The xerophytic adaptations of cacti include: (1) their succulent, water-retaining stems, (2) a thick, waxy cuticle and few or no leaves to greatly reduce the losses of water through transpiration, (3) stems that are photosynthetic, so leaves are not required to execute this function, (4) stems that are cylindrical or spherical in shape, which reduces the surface to volume ratio, and helps to preserve moisture, (5) tolerance of high tissue temperatures, (6) protection of the biomasse and moisture reserves from herbivores by an armament of stout spines, (7) a physiological tolerance of long periods of drought, and (8) a periodic pattern of growth, productivity, and flowering, which takes advantage of the availability of moisture during the brief, rainy season, while the plante remains dormant at drier times of the year.

Cacti have a so-called crassulacean-acid métabolisme, in which atmospheric gaz carbonique is only taken up during the night, when the stomates are open. Les carbone dioxide is fixed into four-carbon, organic acids, and can later be released within the plant, to be fixed into sugars by photosynthèse when the sun is shining during the daylight hours. Because this system allows stomates to be kept tightly closed during the day, crassulacean-acid metabolism is an efficient way of conserving water in dry environments.

A prickly pear cactus in Big Bend National Park, Texas. The prickly pear is the only widespread eastern cactus in the United States. It can be found as far north as southern Ontario. Photograph by Robert J. Huffman. Field Mark Publications. Reproduced by permission.

Some plant species of dry habitats that are not related to cacti are nevertheless remarkably similar in appearance (at least, apart from their flowers and fruits, which are always distinctive among plant families). This is the result of convergent evolution, the similar evolutionary development of unrelated species or families that are subjected to comparable types of environmental selective pressures. Some species of spurges (family Euphorbiaceae) that grow in dry habitats are commonly thought by non-botanists to be cacti, even though they are quite unrelated.


Whorl #4: The Carpels

At the center of the flower is the fourth whorl – the carpels, which contain the pistil of the flower. The pistil is the plant’s female reproductive organ, which is composed of three parts: the ovary, the style, and the stigma. The ovary contains the eggs, or ovules, of the plant, and when the ovules are fertilized, the ovary sometimes turns into a fruit to house the seed. The top of the ovary leads to a vertical structure called a style, which supports the stigma. The stigma catches grains of pollen that the wind or pollinators disperse, and the pollen grains travel down the style to the ovary.